4 clés pour être inspirant !

Un jour je discutais avec un ami et il m’a dit : « les gens qui sont appréciés sont ceux qui inspirent ! »

En tant que musicien, lors d’un concert, dans une vidéo, sur un cd ou pendant le culte à l’église (etc…), j’aime toujours fixer en premier mon oreille et mes regards sur le batteur.  C’est plus fort que moi ! Mais en fait, ce que je recherche au fond, c’est de découvrir quelqu’un d’inspirant !

CONCRÈTEMENT ÇA VEUT DIRE QUOI ?

Voici 4 clés pratiques qui vous aideront en ce sens :

1. Le sourire :

Il y a 6 ans, j’ai eu la chance d’aller au concert de « Kutless » en Allemagne. Je me souviendrai toujours à quel point le sourire du batteur m’a impressionné ! Il ne m’était pas adressé directement, mais au fond de moi, je me suis senti honoré. Il jouait avec une telle joie que moi au-devant de la scène j’en ai été impacté. C’était comme contagieux !

Plusieurs fois, dans ma croissance musicale, on me disait que je faisais des grimaces ou des expressions de visage très sérieuses en jouant. « C’est normal, c’est un instrument qui demande beaucoup de concentration » répondais-je… C’est vrai qu’on peut être crispé ou en manque d’assurance et ça se traduit physiquement. Mais parfois c’est simplement une « mauvaise habitude » ou « un réflexe » qui se corrige ou se transforme si on y pense…alors smile !

2. La gestuelle :

Je dis souvent aux batteurs : « Si on coupait le son de la batterie, il faudrait voir quelque chose se dégager du batteur ! » Il n’y pas que le son d’une batterie qui est important, mais le visuel joue beaucoup ! Nombreux sont les batteurs qui font tourner leurs baguettes ou les lancent en l’air pendant un chant. Je ne parle pas de ça…

J’aime voir le mouvement des baguettes et l’énergie qu’on transmet par elles avec une gestuelle intentionnelle !

Il s’agit de ne pas être « rigide » physiquement mais de mettre en valeur l’instrument avec beaucoup de « souplesse » et de précision. Lorsque la frappe est maîtrisée avec le mouvement qui l’accompagne, ça fait une différence. D’après moi, l’audible et le visuel vont de paire ! Benny Greb et Andy Harrison en donnent un bel exemple.

3. La passion :

C’est excellent de rencontrer des gens passionnés par ce qu’ils font ! C’est très différent d’apporter un service (à l’église par exemple) parce qu’on est obligé de le faire ou parce qu’on en a vraiment envie. Un passionné de batterie se remarque avant même qu’on l’entende parler ! Il se peut qu’il ait le T-shirt, les baguettes, la casquette, le sac ou le porte-feuille du batteur…peu importe ! Un passionné c’est quelqu’un qui donne le meilleur de lui-même… et ça se voit !

4. Le groove :

J’ai déjà entendu des batteurs qui n’étaient pas vraiment « groove » :

  • en faisant « du remplissage »
  • lorsqu’ils « tapaient » très fort
  • quand ils jouaient un rythme inapproprié
  • etc…

D’après le dictionnaire, groover signifie « jouer de façon inspirée ». En fait, ce n’est pas vraiment définissable avec des mots, mais ça se ressent ! Le rythme qu’on joue entraîne les autres musiciens dans une dynamique qui est au service du chant. J’aime bien utiliser cette expression ! En réalité, elle me vient de mon prof qui disait toujours : « c’est important d’être au service de la musique ». En d’autres termes :

  • est-ce que je joue pour impressionner l’auditoire ?
  • est-ce que ma frappe est cohérente avec les nuances du morceau ? (trop présente ou trop timide…)
  • est-ce que mes rythmes sont adaptés avec le style de musique ?
  • est-ce que ma façon de jouer met aussi en valeur les autres musiciens ou suis-je plutôt solo ?

Pour ma part, j’ai encore besoin de travailler ces aspects lorsque je suis derrière ma batterie. Mais les effets en valent la peine !

Et vous, êtes-vous inspirant ?

De Luc Manetta pour Logo Libère ton Potentiel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.